L’habit du chrétien

La rentrée est là, avec son regain


C’est vrai que l’habit ne fait pas le moine, mais il n’est pas rare que nous nous fassions une idée de quelqu’un à son apparence. Dis-moi ce que tu portes, je te dirai qui tu es. D’ailleurs, on parle de col blanc pour désigner les employés de bureau ou encore de col bleu pour les ouvriers. d’activité et le redoux qui annonce l’automne. Il y a quelques semaines s’arrêtaient les soldes. L’occasion pour des millions de français de faire ou parfaire leur garde-robe.

Paul nous invite à nous « revêtir d’ardente bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience… et de l’amour qui est le lien par excellence. » (Colossiens 3.12-14) Un habit fait de plusieurs pièces, tenues entre elles par l’amour.

Cette ardente bonté rappelle une parole de l’apôtre Pierre : « Aimez-vous ardemment les uns les autres de tout votre cœur. » (1 Pi 1.22) Cet amour qui nous enveloppe est sans partage, il est radical ! La bienveillance nous invite à nous soucier de l’état des frères et sœurs. L’humilité nous pousse à envisager leurs besoins avant les nôtres. La douceur et la patience sont des guides sûrs quand nous marchons ensemble sur un chemin parfois difficile.

Mais que porte un chrétien ? À quel habit le reconnait-on ? Indice : il ne s’achète pas, mais il brille plus que n’importe quel vêtement hors de prix.

Cet habit ne s’use pas, ne sera jamais démodé et s’adapte à toutes les saisons !

Matthieu Giralt